La transmission de sa pédagogie

Maria Montessori a rapidement souhaité transmettre sa pédagogie et s’y attellera jusqu’à la fin de sa vie.

montessori

En 1909, Maria Montessori va donner son premier cours national. Elle va former ses premières enseignantes à la pédagogie dite montessorienne. Elle commence à transmettre à des institutrices qui s’intéressent à cette pédagogie.
Certaines étudiantes ne quitteront jamais Maria Montessori et resteront ses collaboratrices.
Anna Maccheroni a élaboré le programme de musique et Adèle Costa Gnocci a élaboré tout le programme pour les 0/3 ans.

En 1913 elle va être invité par Graham Bell (l’inventeur du téléphone) pour aller aux États-Unis.
Elle va y aller en 1915, en Californie, elle donne sa première conférence puis y retourne en 1917 pour un congrès.
En 1913 elle donne son premier cours international à Rome, où vient des centaines d’étudiantes du monde entier.

A partir de la première guerre mondiale elle va passer sa vie à transmettre, elle crée des centres de formation, met en route des écoles… Sa recherche est finalement sur peu d’années (1907/1910).
Elle travaille aussi sur le programme d’école élémentaire dans la continuité de la maison des enfants avec son fils.

En 1916 elle se rend en Espagne. Elle fonde à Barcelone un séminaire d’enseignantes et écrit tout ses livres sur la religion, épuisés aujourd’hui. C’est intéressant car elle traite le sujet comme le système décimal. Il existe une école en France, à Rennes, où l’enseignement religieux est toujours comme elle le décrit dans ses livres.

En 1924, création de l’Opéra Montessori, première association Montessori créée, qui existe toujours actuellement.

Au moment de la montée du fascisme, toutes les écoles Montessori sont fermées en Italie.
Il y a déviation possible de l’ambiance pour une idéologie.
Elle-même quitte l’Italie dans années 1926/27 et n’y retourne jamais vraiment.

En 1929 il y a appellation de la création de l’association Montessori Internationale. Créée à Copenhague, son siège social est à Amsterdam.

De 1939 à 1946 Maria Montessori part en Inde. Citoyenne Italienne, d’un pays ennemi au territoire Anglais, elle est assignée à résidence, ne peut pas voyager. Elle s’installe à Chenai dans la province de Madras et donne donc des cours.
« Montessori » est devenu la traduction d’école en Inde !

Elle avait des centaines d’étudiantes qui venaient avec leurs enfants et elle les observe en même temps ! Elle comprend l’importance de la petite enfance.
Un enfant de 3 ans c’est comme un vieillard de 100 ans !
Elle se rend compte qu’il faut s’intéresser aux enfants avant trois ans. Cela arrive tardivement, après l’Inde.

Elle élabore en Inde avec son fils l’éducation cosmique, sur lequel s’élabore le travail de l’école élémentaire.

– A la Maison des enfants c’est « aide-moi à faire par moi-même » : on est du coté du faire.

– A l’école élémentaire c’est « aide-moi à penser par moi-même. » : on est du côté de la pensée et l’outil est l’éducation cosmique.

Quand les enfants arrivent à école élémentaire, ils vont pouvoir entendre ou réentendre six grandes histoires.
Les enfants les attendent tout les ans et le travail dessus est différent.
C’est le point de départ de projets de recherches de plus en plus élaborées.
– Naissance de l’Univers, actuellement théorie du big bang.
– Comment le système solaire et la Terre s’est formé ?
– Comment la vie est apparue sur Terre ?
– Comment l’homme est apparu sur Terre ?
– Histoire du langage
– Histoire des mathématiques.

On s’appuie sur le potentiel imaginatif de l’enfant.
Après 6 ans, on parle de caractéristiques fondamentales.
Cela donne aux enfants une idée de qui ils sont et où ils sont, cela les met dans une perspective, une trajectoire, une histoire, cela les rend modestes, dans un respect de la terre, des hommes, des êtres vivant, il y a interdépendance de toute choses.

Maria Montessori a été reçue par tout les grands du monde de son époque.
Décorée par Léon Blum, elle a été proposée au prix Nobel de la Paix deux fois pour son livre « L’éducation et la Paix ».

Le séjour en Inde de Maria Montessori change sa foi.

Elle rédige « L’enfant » en 1938 avant l’Inde, « L’esprit absorbant » en 1949 après l’Inde, ce livre émane de son cours.
Quant à « La formation de l’Homme », il est écrit à l’issue du congrès après la seconde guerre mondiale.

Elle participe à de nombreux congrès internationaux, qui vont jalonner toute sa vie.
Elle a eu une certaine influence dans les mouvements d’art en Allemagne et en Autriche des années 30. Un architecte a dessiné des meubles très moderne pour les écoles Montessori.

Après sa mort il a fallu s’organiser quant à la transmission.
C’est toujours elle qui a fait les cours donc il y a eu un grand vide. Son fils Mario a organisé des petits groupes pour continuer à transmettre. Il y avait aussi des collaboratrices, dont deux ont consacrées leur vie à Montessori. Des centres sont créés aux États-Unis également.

En France, le premier cours a lieu en 1947. C’est madame Georgette Bernard qui chargée de la formation. Sa fille, Madame Gillet a pris sa place et aujourd’hui c’est Patricia Spinelli.

La pédagogie Montessori s’est développée dans le monde car Maria Montessori a beaucoup voyagé et a donné des cours internationaux.
En France, l’histoire de l’école est particulière, même Freinet n’a pas pu faire sa place à l’Éducation Nationale.
La population Juive a introduit Maria Montessori en France avant la première guerre mondiale. Ils ont ouvert dans leurs salons des Maisons des enfants, devenu le Collège de la Jonchère.
Cependant, tout a été fermé pendant la guerre.
Les religieuses catholiques de Roubaix (600 enfants maintenant) et de Rennes ont relancé le mouvement après la guerre.

Facebooktwitterpinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *